samedi 23 janvier 2016

Bonne résolution No 4 : s'investir personnellement

Parfois on est amené à se conformer à la bienséance du cadeau. 
Un cadeau, c'est la concrétisation d'une reconnaissance ou d'un respect de l'autre. Il doit être sincère. Comment l'être quand offrir est une obligation implicite (la bienséance) ? Peut-être en mettant dans ce cadeau un peu de soi et un peu de l'autre. 
Si l'on trouve du plaisir et de l'intérêt à faire ce cadeau en pensant à l'autre et non pas en achetant la première babiole venue (ou pire, une carte cadeau - sans vouloir dénigrer l'intention qui est parfaitement louable) en espérant que ça fera plaisir, alors sa sincérité ne pourra être remise en cause...

En fait, faire un cadeau c'est donner un peu de soi, partager quelque chose que l'autre ne peut pas acheter, qu'il soit matériel ou non : raconter une histoire, boire une bière ou un verre de vin avec un ami, écrire son nom dans la neige (après plusieurs bières, c'est facile)…

Je ne pouvais pas boire de bière ni de vin avec Simon ou Martin (étant donné leur âge, la bienséance me l'interdit formellement) alors j'ai juste écrit leurs noms avec mon imprimante 3D et j'espère qu'ils se raconteront des histoires de moto et de robot avec. En tout cas, moi j'ai eu beaucoup de plaisir à imaginer et concevoir Simon le Mozzle et Martin le Ruzzlebot.







Bon après ça il ne faudra pas que je m'étonne si on ne m'offre que de l'amour et de l'eau fraîche !


S.V.P. ne faites pas d'impression 3D inutiles, imprimez avec des matériaux biodégradables dans la mesure du possible.

dimanche 17 janvier 2016

Bonne résolution No 3 : réduire ou valoriser les déchets

Valoriser les déchets, c'est s'interroger sur ce qui confère à un objet le statut de déchet.

Bon c'est sûr, le mieux c'est de tendre vers le zéro déchet. On peut aussi considérer les ordures autrement, comme quelque chose qui a de la valeur. Dans beaucoup de cas, c'est de la matière qui a été transformée, qui a nécessité du travail, et qui a donc de la valeur. Mais de la valeur pour qui ? Est-ce que ça me sert à moi l'utilisateur ? ou est-ce que ça sert à juste à vendre, à consommer ? On oublie souvent cela et on peut se poser deux questions quand on achète quelque chose :
- est-ce que l'ensemble de l'objet que j'achète (tout ce que je rapporte chez moi) me sera utile ?
- est-ce que tout ce que je rapporte chez moi sera utilisable plusieurs fois ?

Réutiliser, transformer, créer avec ce qu'on avait l'habitude de jeter ou ne pas acheter : voilà l'alternative qui vise à réduire une production doublement polluante (la fabrication de produits jetables).

Chez nous, ma femme s'occupe de ne pas acheter et moi de transformer. Pour cela j'ai eu besoin d'un assistant : le canbot, un "robot" fabriqué pour le coup à partir d'une vraie boite de conserve et programmé pour s'occuper de mes outils de création :

 photo canbot-360_s_zpstgawdlse.gif







Wall-e n'a qu'à bien se tenir !


S.V.P. ne faites pas d'impression 3D inutiles, imprimez avec des matériaux biodégradables dans la mesure du possible.

dimanche 10 janvier 2016

Bonne résolution No 2 : réutiliser des matériaux recyclables

Six verres assortis. Un verre casse. Deux verres cassent. Trois verres, bonjour les dégâts !
Comment garder sur le long terme un assortiment de verres cohérents dans son vaisselier ?
Faut-il racheter un pack de verres chaque fois qu'il n'en reste plus que trois ou quatre ?
Que faire des verres restants non assortis ?
On peut bien sûr opter pour une collection de verres panachés… mais quand on préfère la bière sans additifs la solution c'est de s'abonner à :

Infini8, la verre box !



Pour un verre cassé, en échange d'une bière (ou deux… sans abuser bien sûr) on fait un nouveau verre. En plus le verre cassé est recyclable (contrairement à la vaisselle en céramique transparente infusible).





Et puis inutile d'abuser d'alcool pour avoir le vertige, on peut goûter à l'infini simplement en se servant une bière dans un verre Infini8 : la mise en abîme assurée...

Santé !





mercredi 6 janvier 2016

Bonne résolution No 1 : réparer au lieu de jeter

"On a dû arrêter la fabrication, y a des clients qui devenaient aveugles : ça faisait des histoires."

prendre conscience de l'absolue nécessité de ne plus consommer les objets
quand dans votre métier on vous demande de créer le coup de cœur, l'impulsion d'achat,
quand dans votre métier on vous demande d'anticiper les comportements du "conso",
quand dans votre métier on vous demande de prédire les tendances, de les initier,
quand dans votre métier on vous demande de renouveler les collections, d'enrichir les gammes,
pour relancer la machine année après année...

"Faut r'connaître… c'est du brutal !"

je crois qu'on appelle ça "avoir la gueule de bois"

"Dans le monde des caves, on appelle ça, un "cas de conscience"."

mais comment créer utile sans produire ? comment recentrer ses principes sur l'essentiel quand on aime les objets, les formes, les matières, les technologies ?

Commençons par balayer devant notre porte et appliquons pour nous-mêmes des fondamentaux. Comme pour le désencombrement, il faut attaquer modeste. Pas par le sentimental.

Ma bonne résolution n°1 : réparer au lieu de jeter et racheter. Mais on n'est pas obligé de renier son intérêt pour les innovations technologiques, il faut juste qu'elles servent les bons principes. Et là, l'impression 3D est un outil formidable pour remplacer une pièce introuvable en SAV ou encore créer une "prothèse" unique. Ce qui est le cas du "Cizorg" ci-dessous :

cizorg photo cizorg_s-anim_zps0yldli8j.gif


















"Si on bricolait plus souvent, on aurait moins la tête aux bêtises."

SVP ne faites pas d'impression 3D inutlies, imprimez avec des matériaux biodégradables dans la mesure du possible.

mardi 5 janvier 2016

Happy leap year

Après 2015, que souhaiter pour 2016 ?
On pourrait espérer préserver la liberté d'expression, la liberté de culte, de culture, l'environnement… l'eau, l'air, la vie ! Mais pour tout ça rien n'est plus incertain que l'avenir et l'avenir c'est ce que nous faisons : "no fate but what we make" comme le dit la prophétie de James Cameron. C'est dire à quel point trouble est le futur. Même Yoda ne se mouille pas dans ses prédictions "toujours en mouvement est l'avenir"
En tout cas, ce qui est sûr, c'est qu'en 2016 nous avons 1 jour supplémentaire pour procrastiner (ou pas).
Bonne année !

 photo happyleapyear_s_zpsvqpnh8zw.gif